Les mardis du mouffetard

Découvrez au travers de conférences, de rencontres, de lectures ou de projections la place des arts de la marionnette dans la création et le spectacle vivant et les liens insoupçonnés qu’ils tissent avec les arts plastiques, les sciences ou encore la littérature.

Culture, arts de la marionnette et accessibilité

Mardi 20 novembre à 19h30

Projection et débat

À l’heure où les questions d’accessibilité sont prises à bras-le-corps par les professionnels du champs culturel et artistique comment ouvrir les lieux, les programmations aux publics sourds et, plus particulièrement, comment faire se rencontrer les publics ? La création artistique permet-elle de déconstruire les barrières et de faire se croiser la culture sourde et entendante ? Quels sont les liens entre langue des signes et langage artistique ? Qu’est-ce qu’un spectacle "bilingue" ?

Organisé en partenariat avec l’Institut national des jeunes sourds de Paris. En présence d’interprètes LSF

 

Documentaire J’avancerai vers toi avec les yeux d’un sourd
De Lætitia Carton (2015, 105 min)

En hommage à son ami décédé, sourd et curieux de théâtre,
Laetitia Carton nous plonge dans les luttes et revendications de la culture sourde.

 

Avec :
Olivier Schetrit
, est Docteur ès Anthropologie Visuelle après avoir réussi en 2016 sa thèse de doctorat d'anthropologie sociale et ethnologie La culture sourde - Approche filmique de la création artistique et des enjeux identitaires des Sourds en France et dans les réseaux transnationaux au LAS-CNRS-EHESS. Il mène actuellement des recherches post-doctorat en anthropologie sur l’Art Sourd, l’intersectionnalité et le Deaf Gain, au laboratoire CEMS (Centre d’études des mouvements sociaux) / EHESS / CNRS. Parallèlement à son parcours universitaire, Olivier Schetrit reste occasionnellement comédien au théâtre et au cinéma, et conteur en langue des signes française.

Johanny Bert, créateur, metteur en scène, a pu élaborer au fur et à mesure de ses rencontres et des créations un langage théâtral singulier. Ce langage théâtral est une confrontation entre l’humain et l’objet, la forme marionnettique. Chaque création est une nouvelle recherche, à partir de textes contemporains et commandes d’écritures ou à partir d’un univers plastique construit en équipe au plateau. En 2017, Johanny Bert met en scène Emmanuelle Laborit dans Dévaste-moi, concert-spectacle pour une comédienne sourde et cinq musiciens.

Georges Lafaye : l'einstein de la marionnette

Mardi 12 mars à 19h30

En dépit de la dimension profondément innovante de son oeuvre et de sa renommée nationale et internationale dans les années 1950 à 1970, Georges Lafaye est tombé dans l’oubli dès 1977. Et pourtant, acteur majeur du renouveau artistique de l’Après-guerre, Lafaye développe un « théâtre de l’objet » fait de trucages ou de « ballets de formes » tels que Tempo (1953). Initiateur d’un nouveau courant du théâtre noir (éclairage particulier qui permet de rendre les manipulateurs invisibles à l’oeil du public), Lafaye recherchait une perfection qui pourrait produire l’illusion d’une projection cinématographique.
La conférence sera animée par : Raphaèle Fleury, historienne de la marionnette et responsable du Centre de recherche et de documentation de l’Institut international de la Marionnette, Sophie Gélinier, confidente à qui l’artiste aimait se raconter, Mathieu Enderlin, marionnettiste et metteur en scène du spectacle Trace.s et Joël Huthwohl, directeur du département des Arts du spectacle à la Bibliothèque nationale de France.
Organisé en partenariat avec la BnF.

Pour aller plus loin, assistez au Mardi des Arts du spectacle de la Bnf, le 19 mars à 18 h 30.